Renaissance de la presse francophone en Asie centrale: création d'une section azérie de l'UPF


Nouvelle section de l'UPF en Azerbaïjan

Une nouvelle section de l'UPF est née en Azerbaïdjan. L'assemblée constitutive s'est réunie le 11 juillet dernier à Bakou et a procédé à l'élection du bureau de la section nationale dont la présidence a été confiée à Mme Zeynab Kazimova, fondatrice et rédactrice en chef du journal francophone d'Azerbaidjan "Le Carrefour".

Lors de la réunion, Zeynab Kazimova, a souligné l'importance de la mise en place de la section azerbaïdjanaise de l'UPF dans un contexte où les relations entre l'Azerbaidjan et la France connaissent un nouveau développement. Tisser des ponts entre les medias azerbaidjanais et les structures internationales donne, selon elle, la possibilité aux journalistes du pays de s'ouvrir sur le monde et d'accéder aux médias étrangers.

La création de l'UPF-Azerbaidjan peut être considérée comme un pas dans la direction de l'intégration des médias et des journalistes azerbaidjanais à l'espace médiatique international. Elle leur ouvre la voie de la communication avec les collègues et journalistes du monde entier, à travers le large réseau de l'UPF. Les membres de la section seront en mesure de partager l'expérience avec les consoeurs; assure-t-on au secrétariat général de l'UPF à Paris.

La concrétisation de l'ouverture est le souci premier de la section azerbaidjanaise, qui a fait le choix de n'exclure aucun des journalistes du pays qui souhaitent rejoindre ses rangs. Il se peut donc que parmi les membres de la section azerbaidjanaise; il y ait des journalistes non-francophones, mais seulement des membres qui aiment la France, la culture et l'histoire françaises.

Ils viendront rencontrer et renforcer la section qui compte de nombreux francophiles "familiers de la langue française", souligne la présidente azérie. Pour renforcer ces liens, elle compte organiser des cours de français pour les journalistes membres de la section avec notamment le concours de l'Ambassade de France à Bakou..

Ce que le rédacteur du bulletin de l'UPF à Paris semble toutefois ignorer c'est que, dans les années 1980, il y avait déjà eu une; éphémère, section azerbaidjanaisede l'UIJPLF.

Qu'on nous permette ici une digression : si le terme "azerbaidjanais" est bien approprié pour signifier "citoyen de la république d'Azerbaïdjan", les mots "azéri", "azérie" qualifient un individu appartenant à l'ethnie azéri, qui est la principale du pays. Nous pouvons observer le même phénomène linguistique en Europe du nord: il ne faut pas confondre "finlandais", c'est-à-dire "de Finlande", avec "finnois", qui est un mot qualifiant un peuple, une culture, une langue.

Il y a une bonne trentaine d'années, donc, était publiée à Bakou, la capitale de ce pays pétrolier émergent, une revue bilingue français/azéri intitulée "AZ journal", qui était un organe de propagande gouvernementale, avec équivalence des articles dans les deux langues. L'une des deux étant donc bien la langue française - et non pas la langue russe! - et cela seul était un fait exceptionnel à l'époque.

Mais la revue AZ, qui était imprimée sur du papier journal de piètre qualité, ne fit pas long feu. A notre souvenance, l'éditeur azéri était bien un membre en règle de l'UIJPLF, comme, on disait à l'époque.

Le fait que, tout récemment, le pape François ait cru bon, sur l'invitation des autorités locales, de faire une halte à Bakou, où l'on ne compte guère plus de 2,5 % de chrétiens, témoigne de l'ouverture nouvelle de ce pays qui se distingue dans le sens de plus d'ouverture sur l'extérieur par rapport à ses voisins du Caucase et de l'Asie centrale.


(Gh. C. avec la rédaction en ligne de l'UPF)


Copyright © 2016 UPF-B asbl
Rue Robert Scott 26 - B-1180 Bruxelles - Belgique
Téléphone: +32 (0)2.343.74.74 - Portable: +32 (0)474.28.05.71 - Télécopieur: +32 (0)2.343.74.74
Courriel:
upf.belgique@skynet.be
Banque: BNP Paribas Fortis - Compte: 001-5859283-74 - Iban: BE16 0015 8592 8374 - Bic: GEBABEBB
www.francophonie.be/upfb